Que se passe-t-il lorsque vous consommez de l’alcool ?

Les effets de l’alcool à plus long terme

La consommation d’alcool ne vous affecte pas uniquement lorsque vous buvez. Elle peut avoir des effets, positifs ou négatifs, à plus long terme. Votre mode de consommation constitue un facteur essentiel qui influence votre qualité de vie.

Une consommation élevée d’alcool (plus de 4 boissons par jour ou 14 par semaine) est associée à un éventail de problèmes de santé et sociaux, notamment des dommages causés aux organes internes, un risque d’accidents et de blessures et des difficultés à vivre une vie familiale, professionnelle et collective épanouie. Les troubles hépatiques sont fortement associés à une consommation d’alcool élevée à long terme et peuvent aboutir à une cirrhose.

Des études scientifiques ont démontré qu’une consommation modérée d’alcool est associée à un risque plus élevé de développer certains cancers, ais aussi certaines maladies cardio-vasculaires et maladies hépatiques. En règle générale, le risque s’accroît avec la quantité d’alcool consommée, les personnes les plus à risque étant les grands buveurs, y compris les « binge drinkers » occasionnels. Néanmoins, les études révèlent que le risque de cancer du sein, de cancer colorectal et de certaines maladies cardio-vasculaires commence à augmenter avec une consommation d’alcool légère à modérée.

Le risque de maladie que court une personne est également influencé par ses antécédents familiaux, son état de santé actuel, son alimentation, son style de vie et les facteurs environnementaux.

La consommation modérée d’alcool peut également être associée à des effets bénéfiques sur la santé de certaines personnes, notamment pour les hommes et les femmes d’âge moyen et plus âgés. Ces bénéfices peuvent être liés à une diminution du risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète non insulinodépendant et de déclin cognitif limité avec le vieillissement. Les consommateurs modérés peuvent également profiter du plaisir de boire de l’alcool pendant les repas et lors d’autres situations sociales, au cours desquels ils tissent des liens importants avec leur famille, leurs amis et leur communauté. Les interactions sociales et le sentiment d’appartenance peuvent constituer d’importants facteurs contributifs de la santé et du bien-être. L’alcool n’est en aucun cas nécessaire à ce bien-être, mais nombreuses sont les personnes à apprécier les aspects sociaux de la consommation modérée.

Vous pouvez en apprendre davantage sur les effets de la consommation d’alcool sur la santé ici.